fbpx

Prise en charge de l’Appareil Auditif et remboursement CNAS CASNOS

Sommaire

La surdité en Algérie est une réalité. Elle est en courbe croissante. Elle prend des proportions alarmantes. Chaque année, on enregistre de nouveaux cas de personnes souffrants de déficience auditive. D’où l’engagement du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale à suivre de très près la prise en charge des catégories aux besoins spécifiques et notamment la prise en charge de l’appareil auditif en Algérie.

Ainsi, le patient, affilié à la CNAS ou à la CASNOS, doit fournir un dossier de prise en charge des frais d’appareillage, c’est-à-dire le remboursement total ou partiel de la prothèse auditive.

En effet, le taux de remboursement par l’Assurance Maladie diffère d’un assuré à un autre, allant de 80% à 100%, selon le degré ou le type de l’handicap ; il varie également en fonction de la qualité du bénéficiaire de la Sécurité sociale :

  1. assuré social actif ;
  2. assuré titulaire d’une pension ou d’une rente ;
  3. assuré social déclaré par la direction de l’Action sociale ;
  4. ayant droit d’assuré social

Et aussi selon l’âge du patient. A cet effet, le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale œuvre à assurer un remboursement de 100% sur les appareils auditifs au profit des enfants malentendants. 

CNAS

  1. – Un audiogramme, c’est-à-dire un graphique, utilisé en audiométrie tonale, qui permet de visualiser la capacité auditive d’un sujet. En effet, seul un test auditif ayant valeur médicale vous permettra de pouvoir acheter des appareils auditifs chez un audioprothésiste.
  2. – Une prescription du médecin-spécialiste (ORL), attestant que le patient est malentendant, car la prescription médicale dispensée par un ORL ou votre médecin généraliste est indispensable pour acquérir des prothèses auditives.  
  3. – Un devis audioprothésiste. Autrement dit, l’audioprothésiste est tenu de remettre à son patient un devis normalisé d’appareillage auditif, qui présente de façon distincte le prix de l’appareil électronique correcteur de surdité proposé et le prix des prestations d’adaptation, indissociables de cet appareil. En général, le devis doit comprendre au minimum les éléments suivant : les informations nécessaires à l’identification de l’audioprothésiste, du médecin prescripteur et du patient ; le n° du devis et sa date ; sa durée de validité ; la marque, le modèle, la classe, le contenu et la durée de la garantie ; le prix de vente hors taxes et toutes taxes comprises de l’appareil électronique de surdité proposé, incluant les accessoires et les éléments renouvelables nécessaires à son fonctionnement… À noter que le devis doit obligatoirement être accompagné d’une fiche technique présentant les principales caractéristiques de l’appareil proposé.
  4. – Une demande d’entente ou d’accord préalable signée par l’audioprothésiste et le spécialiste ORL. La demande d’accord préalable est obligatoire, car elle signifie les conditions nécessaires pour obtenir un avis favorable à la prise en charge des audioprothèses.

L’Office National d’Appareillages et d’Accessoires pour personnes handicapées (ONAAPH)

Par ailleurs, la Caisse Nationale des Assurances Sociales des Travailleurs Salariés (CNAS) et l’Office National d’Appareillages et d’Accessoires pour personnes handicapées (ONAAPH), ont conclu une convention ayant pour objet de fixer les conditions de fourniture par l’ONAAPH, outre les produits d’appareillage orthopédique, des produits des Aides Auditives. La prise en charge des personnes malentendantes occupe de plus en plus une place non négligeable dans le dispositif élaboré par la Sécurité sociale.

Les audioprothésistes privés et la prise en charge des prothèses auditives en Algérie

Si le service public déborde de demandes et les délais de traitement se rallongent de plus en plus; les d’audioprothésistes privés s’installent à travers le territoire national. Le but : proposer un service de qualité au profit des personnes atteintes de troubles auditifs. Pour plus d’informations, écrivez-nous ! Nous vous proposerons la meilleure orientation.

Vous aimez cet article?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest
Saif Bani Ata

Saif Bani Ata

Audiologiste, tests d'audiologie, adaptation d'appareil auditif et Implant cochléaire. Université jordanienne des sciences et technologies.

Cet article a 4 commentaires

  1. khelifi ahmed

    bjrs voila j’ai un fils agé de 07 ans qui présente un syndrome collins (syndrome franshetty ) malformation faciale et que par consequence une surdite de transmission le conduit auditif restreint car l’appareil ordinaire lui convient pas et il a besoin d’un vibrateur osseux des audioprothésistes que j’ai consulte n’ont pas ce genre d’appareil comment faire pour que mon fils il a du mal pour suivre ces etudes .

    1. Bonjour,
      Nous avons bien reçu votre demande. Elle est en cours de traitement. Vous recevrez notre réponse dans les plus brefs délais.

  2. Boukhalfa

    Pour les enfants en bas âge, il est nécessaire d’avoir un PEA à la place de l’audiogramme. l’audiogramme est un test subjectif qui nécessite la coopération de la personne dont l’audition est testée. Par contre le PEA est un test objectif, les enfants en jeune âge ne sont pas en mesure de coopérer, c’est pour cela qu’il doivent disposer d’un PEA.

Laisser un commentaire

Sommaire